LES DIFFÉRENTES COMPLICATIONS A LA MISE-BAS: MÉTRITES, FIÈVRE DE LAIT ET NON DÉLIVRANCES:

Non délivrances :

On considère qu’il y a une rétention placentaire (ou non-délivrance) quand le placenta n’est pas sorti dans les 12 heures post-partum. Les structures fœtales (ou annexes) et maternelles (la muqueuse de l’utérus) sont étroitement imbriquées, mais uniquement au niveau de 60 à 120 cotylédons. Ces « points d’attaches » peuvent facilement entrainer une déchirure au niveau du placenta. Un morceau de placenta va alors rester dans la cavité utérine et provoquer des infections.         
Ces infections mènent rapidement à des métrites chroniques et leur lot de complications (retard des chaleurs, troubles de la fertilité, cétose…)

La préparation à la mise-bas permet d’éviter les non délivrances. Lors du tarissement, attention à la ration qui doit être équilibrée afin d’éviter les excès. Certains aliments, comme l’ensilage d’herbe et les légumineuses (trèfle violet et luzerne principalement) le dernier mois de gestation semble également être des aliments prédisposants. Attention aussi aux fourrages pauvres en magnésium et aux carences en sélénium.

Métrites:

La métrite est une infection de l’utérus qui suit le plus souvent une mise-bas difficile. Sa gravité peut aller d’une infection subclinique à l’altération de l’état général de l’animal.  
Juste après la mise-bas, les défenses immunitaires des mères sont plus faibles, et elles peuvent facilement se laisser submerger par une infection, d’autant plus que l’utérus est un milieu parfait pour la croissance bactérienne.

Afin de limiter les métrites, veillez :

-à une alimentation équilibrée

-à éviter les non-délivrances

-à posséder une aire de vêlage propre et non humide

-une aire adaptée lors des vêlages difficiles

-certaines maladies infectieuses peuvent être des facteurs de risques supplémentaires pour l’animal (BVD, fièvre Q, néosporose…)

Fièvre de lait:


La fièvre de lait (aussi appelée fièvre vitulaire ou hypocalcémie puerpérale) est due à une forte augmentation de la demande en calcium suite au démarrage de la lactation. Elle touche principalement les animaux laitiers fortement producteurs et se rencontre peu chez les primipares ou en élevage allaitant.
Les premiers symptômes apparaissent dans les 48 h après la mise-bas et sont dus principalement à la diminution du taux de calcium dans le sang.
Celui-ci étant essentiel à la contraction des fibres musculaires, l’hypocalcémie provoque une paralysie à l’origine des différents signes observés : une diminution de l’appétit et de prise de boisson, un arrêt de la rumination ainsi que des troubles locomoteurs tels que piétinements, tremblements ou démarche raide. La « fièvre de lait » est un terme un peu impropre car la température reste normale. Par la suite, l'animal présente des difficultés à tenir debout ou à se relever. Sans traitement d’urgence, survient le coma puis la mort.

 
Une fois que le diagnostic a été établi, le traitement mis en place consiste en un apport de calcium immédiat par voie intraveineuse lente sous surveillance (afin d’éviter les complications cardiaques) et une complémentation pendant 48 heures, le temps que la vache ait réussi à mobiliser ses réserves.
Au minimum 3 semaines avant vêlage, il est vivement conseillé de distribuer un minéral préparation mise-bas.

LES SOLUTIONS DU COMPTOIR DES PLANTES 

fièvre de lait, métrites et non délivrances

        B70TE                                                         

B70TE : En cas de fièvre de lait, apport de calcium buvable en une seule fois, à donner dès les premiers signes de paralysie.

      B18TE-F1L                                                                                                    

B18TE : solution à base de chlorure de magnésium, de sarriette et d’armoise. En cas de métrite ou de mauvaise délivrance, le produit permet de favoriser les contractions utérines.
Ovins/caprins : 50 ml en une fois en drogage

           Chlorure de Magnésium                                                                               

B09MB2 : chlorure de magnésium. A la préparation mise-bas, l’apport de chlorure vient tonifier les muscles lisses et stimuler le système immunitaire.

Ovins/caprins : 5 g / jour pendant 5 jours.

Tonus

             B01TE-F100                                                              

B01TE : Tonus ravintsare cyprès pour stimuler les fonctions neurales et cardiaques.

Ovins/caprins : 2 à 3 ml à mettre sur l’épi du garrot.

            B02TE-F250                                                                                     

B02TE : Drainant à action rapide. Produit à base d’orthosiphon et d’ache des marais, il vient drainer les toxines qui encombrent le foie.

Ovins/caprins : 50 ml 1 à 2 fois.

Plaies

       B03TE-F250                                                                                     

B03TE : crème végétale cicatrisante à base de lavandin et de girofle. Fonctionne très bien sur une plaie après une césarienne. A appliquer une fois la plaie nettoyée.

            B30TE                                                                                                                                    

B30TE : résine à base de pin, de cèdre, de lavandin et de girofle. Cicatrisant à appliquer au pinceau une plaie (comme une césarienne) en couche épaisse. La résine sèche et permet de créer un effet « pansement ».

POUR PLUS D'INFOS

Chaque mois, le comptoir des plantes édite une gazette, qui traite d'un point technique concernant les solutions biologiques en élevage. Nous vous proposons de la retrouver ici, afin d'en savoir plus sur les propriétés du chlorure de magnésium;

Gazette-2017-08-Les-proprietes-specifiques-du-chlorure-de-magnesium.pdf