Nos promotions

 L’importance de l’eau pour la santé du troupeau.

    Nous avons accueilli le Dr Radigue, vétérinaire spécialisé sur les problématiques  de l’eau en élevage, à l’occasion d’une formation éleveurs et techniciens début Octobre.

Rôle physiologique  de l’eau :

   L’alimentation est la source majeure de problèmes de santé sur un élevage. On pense souvent à l’équilibre de la ration en énergie et en azote, à la quantité de fibres ou à la complémentation minérale et vitaminique, mais on oublie souvent que l’eau est le premier des aliments.
L’eau joue en effet plusieurs rôles dans le corps. Elle permet notamment le transport des éléments et
 des informations jusqu’aux cellules, l’élimination des toxines et des déchets, l’assimilation des nutriments et des éléments chimiques dans l’intestin. Elle agit sur la régulation thermique de l’organisme. Elle intervient aussi dans de nombreuses réactions chimiques et est donc indispensable au métabolisme.
Les animaux ont besoin d’un approvisionnement en eau suffisant pour assurer toutes ces fonctions, sans compter les besoins liés à la production (notamment pour le lait). On attachera donc de l’importance aussi bien à la quantité qu’à la qualité de l’eau distribuée.
Pour permettre à l’eau de jouer son rôle de transporteur jusqu’à l’intérieur des cellules, l’organisme
 à besoins de deux éléments principaux : le sodium et le potassium.
Le potassium devrait être apporté en quantité suffisante par l’alimentation si elle est équilibrée, notamment via l’herbe jeune et les légumineuses (luzerne, trèfle violet…). Le sodium doit quant à lui être apporté en complément, d’où l’importance de complémenter les animaux en sel tout au long de l’année. Un déséquilibre en sodium ou en potassium entrainera un problème de déshydratation et un mauvais fonctionnement métabolique, ce qui engendrera une diminution de la productivité des animaux et à terme des problèmes de santé.

Quantité d’eau :

    Un animal contient 60 à 80 % d’eau. Il en perd tous les jours via les urines, la salive, la transpiration ou encore la respiration. Ainsi, une vache a besoin de boire de 50 à 150 litres d’eau par jour, une chèvre ou une brebis de 5 à 15 litres. La quantité d’eau consommée varie notamment en fonction du climat,
 de la ration et du niveau de production des animaux. De plus, les ruminants doivent pouvoir boire une grande quantité d’eau d’un seul coup, environ 50L pour les bovins et 5L pour les petits ruminants.

Qualité de l’eau :

   Pour être consommée en quantité suffisante et assurer ses différentes fonctions dans le corps, l’eau doit être de bonne qualité. Cela passe évidemment par une eau propre, donc un nettoyage régulier des abreuvoirs mais aussi par les caractéristiques physico-chimiques et électro-magnétiques de l’eau.
L’idéal est une eau légèrement acide (pH 6 à 7), et la moins dure possible (inférieur à 10 °TH). La dureté de l’eau correspond à sa teneur en calcium et en magnésium. Plus l’eau est dure, moins elle pourra jouer son rôle d’hydratation et de transport des éléments. De manière générale, on cherchera une eau avec un résidu sec à 180°C bas (compris entre 20 et 50 mg/L).
Enfin, on vérifiera la teneur en chlore de l’eau distribuée. Elle doit être inférieure à 0,1 mg/L. Une teneur trop élevée entrainera des problèmes
 d’hypothyroïdie et donc de dérégulation du système hormonal (fertilité, …). Les animaux sont beaucoup plus sensibles au chlore que nous et des taux de chlore trop élevés limiteront fortement leur consommation en eau.
L’eau du réseau, chlorée et au pH élevé n’est donc pas la meilleure eau à distribuer. L’eau de pluie ou une eau de source est souvent bien plus apte à assurer les fonctions hydratantes de l’eau.
Lorsqu’on est face à une eau de trop mauvaise qualité, deux choix s’offrent à nous : changer de source d’alimentation ou installer un système de filtration. Différents systèmes de filtration existent. On choisira le plus adapté en fonction du volume d’eau journalier nécessaire et des caractéristiques originelles de l’eau (de la modification qu’on souhaite lui apporter).
Outre les caractéristiques physico-chimiques de l’eau, on s’intéressera à ses caractéristiques électro-magnétiques.
En effet, l’eau est un très bon conducteur. Elle peut donc se charger de courant électrique plus ou moins fort qui peuvent perturber les animaux, réduire leur consommation d’eau, voire même engendrer diverses pathologies.
 Ces courants peuvent venir de fuites du réseau électrique ou être créés par des champs électro-magnétiques (panneau solaire, rivières souterraines, lignes à haute tension, etc.)

Et sur le terrain :

   On conseille de mettre à disposition des animaux de l’eau et du sel en toutes circonstances. On veillera à utiliser des abreuvoirs suffisamment grands ou nombreux pour que plusieurs animaux puissent boire en même temps. Privilégier les abreuvoirs en matière minérale ou plastique.
Le placement est aussi important : éviter les coins, ou les bords de parcelles/paddocks car les animaux vont boire moins librement par instinct (peur de la prédation).

Gazette à télécharger:

http://comptoirdesplantes.com/img/cms/gazette/Maquette Gazette comptoir novembre 2017.pdf